Comment nous en sommes arrivés là…

Si vous en avez le courage, et le besoin, alors peut-être pouvons-nous revenir en arrière et vous dire comment nous en sommes là…

Carole a été diagnostiquée avec un cancer du sein en Janvier 2016. Elle a mis en place un blog qui vous donnera une idée de ce qui s’est passé ensuite. Le cancer, traité normalement, s’est tout de même propagé à d’autres organes après l’été. A ce stade, Carole savait qu’elle terminerait sa vie avec le cancer, mais qu’il pouvait durer de nombreux mois, ou, avec un peu de chance, des années.

Mais la semaine dernière, rentrée à l’hôpital pour une chimiothérapie « prévue », les médecins ont rapidement réalisé que les choses accéléraient. Mercredi dernier, ils nous ont annoncé qu’il vallait mieux arrêter le traitement, pour profiter mieux des dernières semaines, ou mois. Nous avons à peine eu le temps, jeudi, d’envisager ces moments – peut-être aller voir la mer ? – que, vendredi matin, les choses sont parties en vrille. Les deux posts Medium que j’ai fait ici puis vous donneront une idée… Carole s’est donc endormie en fin d’après-midi, sans avoir souffert, et, dans la soirée, son corps s’est arrêté de fonctionner tout entier.

Elle a pu voir les enfants une dernière fois, grâce à l’arrivée depuis Paris de Bertrand son frère, qu’elle avait prévenue, et qui était allé les chercher au college et au lycée  ; et pour ma part j’avais pu passer toute la nuit de jeudi à vendredi avec elle. Elle a pu aussi voir ses amis, son visage s’est éclairé à la vue d’une amie de l’EPF. Enfin, dès vendredi midi, nous avons tous été incroyablement entourés par tous les amis, la famille, qui se sont relayés pour être avec nous…

4 réflexions sur “Comment nous en sommes arrivés là…

  1. Merci Francois de partager les derniers moments de Carole avec nous. Ca aide a accepter la nouvelle. Ca me reconforte de savoir qu’elle n’a pas trop soufert, et qu’elle a vu Clemence et Camille. Difficile de trouver les mots. Je pense a vous. Jeanne Delbarre (de Dublin)

  2. Je n’ai croisé Carole qu’une seule fois et j’ai été impressionnée par ce bout de femme plein de vie et d’énergie.
    Je suis à vos côtés. Gardez le sourire.

  3. J’ai connu Carole à San Francisco grâce à Emmanul noel, en 2011. Alors que j’arrivais à SF avec mon mari Xavier, vous en partiez. Nous nous sommes donc croisés. Mais nos vies se sont de nouveau croisées lorsque Xavier et moi avons décidé de retourner en France avec notre fils, né à RedwoodCity City le 26 Août 2012. Nous avons fait le choix de Lyon grâce à plusieurs amis et Carole nous a conforté dans ce choix, lors d’une discussion à Atelier Emmanuel au début 2o14. Nous nous sommes installés à Lyon le 28 juillet 2014 et après quelques mois en tant qu’auto entrepreneur, j’ai été recrutée par l’Association Lyon French Tech. De part ses nombreuses implications dans l’écosystème, Carole en est devenue la Secrétaire et a ancré son statut de « pilier » de l’Association et de l’écosystème. Carole était et restera pour toujours une « Grande Dame » au Grand Coeur et avec une Grande Personnalité. Je m’estime chanceuse d’avoir eu la chance de la côtoyer d’aussi près. Elle reste un modèle de détermination, de passion. Je lui en suis extrêmement reconaissante. Merci Carole !

  4. Carole nous manque terriblement, son départ est difficile à accepter, justement du fait de ses qualités. Elle débordait de vie, de ressource, elle était constamment en train de construire. Pour preuve ses projets, comme l’incubateur de Lyon, la façon dont elle rassemblait autour d’elle amis et organisations, sa générosité, sa force et son énergie exceptionnelles pour mobiliser autour d’elle.

    Mais elle conjuguait, avec cette force et cette énergie, tranquillité et bienveillance, amitiés fortes, une attention constante et une perception fine pour François, Clémence et Camille…

    J’admire aussi chez Carole son intégrité morale, l’importance qu’elle accordait à la dignité, sa candeur, son choix de parler sans artifice et de trouver la vérité en elle et en chacun de nous, de préférer la simplicité et l’essentiel. Elle est un modèle pour moi et son exemple se perpétue dans nos mémoires !

    Aujourd’hui son absence est absurde, justement parce que l’interruption de son exceptionnelle vitalité révolte mon esprit… Je n’ai pas encore accepté…

    Je vous embrasse, bon courage, Joël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *