Souvenir book

Déposez ici une pensée, un souvenir, un message... (pour l'instant seulement texte, peut-être image aussi plus tard)

 
 
 
 
 
 
-
Van Loo PhilippeVan Loo Philippe from Lyon wrote on 10 January 2017 at 8:58 am:
Le temps passe mais on ne t'oublie pas Carole !
Tu restes dans notre coeur et ton énergie m'aide à avancer dans mes projet.
#Entrepreneur4life Petite pensée pour toi ce matin
PascalPascal from Lyon wrote on 4 January 2017 at 5:00 pm:
Je viens d'apprendre avec beaucoup de retard et beaucoup de tristesse le décès de Carole via la newsletter de BIL.

Cette nouvelle me rend vraiment triste. Même si je ne suis plus très proche de BIL, j'avais énormément d'admiration et de sympathie pour Carole, pour son dévouement et sa capacité à faire bouger les choses, son énorme générosité sous son air cynique. Les quelques fois où j'ai pu discuter avec elle de mes projets, elle a toujours su me remotiver et me faire avancer, que ce soit par ses remises en causes et sa capacité à challenger ou ses encouragements. Carole est quelqu'un qui m'a vraiment marqué et c'est triste qu'elle nous ait quitté si prématurément.

Carole, merci pour tout, je pense bien à toi et suis de tout coeur avec ta famille et tes proches.
SabineSabine from Lyon wrote on 24 December 2016 at 5:55 am:
Pensées pour Carole Et pour sa famille. ❤️
Anne K.Anne K. from Paris wrote on 11 December 2016 at 8:57 pm:
Voici la version longue du texte que j'ai lu (en partie donc) samedi matin, sans accompagnement musical, mais rien ne vous empêche de le mettre en fond pour poursuivre votre lecture. La mise en page des commentaires ici ne me permet pas de mettre en italique ou en couleur grise les parties non lues samedi.

Carole, chère Carole,
Je m’adresse à toi, parce que tous, ici réunis, nous le sommes pour toi.

Je ne sais pas encore si l’émotion va me permettre d’aller au bout de ce texte, mais je vais essayer.
Tant pis si je pleure,
tant pis si je ne suis pas assez intelligible à cause des sanglots qui vont entrecouper ma voix,
tant pis si je dois abréger.

Je voudrais raconter celle que tu étais, celle que nous avons connue, celle qui nous a tant apporté.
J’avais 18 ans, le baccalauréat en poche, j’arrivais de province pour la capitale, un peu esseulée, volontaire et naïve. Tu étais présidente du BDE, le Bureau Des Élèves, de l’école dont je venais de rejoindre la dernière promo.
Pour ceux présents qui ne savent pas à quoi ressemble un BDE, celui de l’EPF était constitué de deux salles au deuxième étage de la « villa », une maison bourgeoise de Sceaux en banlieue parisienne : l’une, le « bureau » avec téléphone et fax (je vous parle d’un temps où internet et le mobiles étaient encore une utopie futuriste, mais Carole a possédé un bi-bop… qui se souvient ici des bi-bop ?), et un minitel !!!, et l’autre : la « cafét’ » avec la cafetière, le frigo et le micro-ondes. Pour ceux qui ont rendu visite à Carole à San Francisco, la Chambre de Commerce, ben, c’était le BDE, en plus grand. Une table de réunion, avec un paper board et dessus le nom des sponsors à contacter pour la prochaine soirée, des cartons de gobelets et autres bouteilles de la dernière soirée, ou pour le prochain événement… Pour ceux, peut-être aujourd’hui plus nombreux dans l’assistance, qui connaissent Boost In Lyon, ben, c’est un gigantesque BDE !!! Voilà, Carole, elle a toujours fait ce qui lui plaisait, en créant ces lieux de rencontres et d’échanges pour les autres, nous.

Pourquoi, comment nous avons passé beaucoup de temps ensemble, je ne sais pas. Nous n’étions pas de la même promo, deux ans d’écart. Elle avait une super binôme qui prenait très bien tous les cours, et conservait précieusement comme des reliques toutes les copies de partiels, qui revenaient en sujet une année sur deux. Merci Gaëlle ! Ces archives me permettaient de réduire mes révisions au strict minimum et de sécher certains cours pour vaquer à d’autres occupations estudiantines. Et des soirées étudiantes, nous en avons écumé ! Les musiques choisies pour l’écoute en ce moment sont celles qui nous faisaient aller sur le dance floor sans hésitation, il n’y avait pas que celles-là, mais elles ont marqué cette époque. Et les paroles me semblent tellement adaptées pour t’évoquer, Carole : Groove is in the heart (Dee-Lite) / I’m free to do what I want… don’t be afraid of your freedom ! (Soup Dragons)

Le fait que je n’avais pas de véhicule pour aller de soirée en soirée, de campus de banlieue aux boites de nuit de Paris, a certainement beaucoup contribué à tisser les liens de cette grande amitié. Ça, c’est sûr, nous avons fait de la route ensemble !!! et on aimait ça, rouler, de nuit, sur les routes de Paris et alentour, les virages de la F18, les néons de la N20, les cigarettes à la fenêtre… souvenirs !
Et ça ne nous a pas lâché. Quand je suis allée à San Francisco, par exemple, après avoir écourté notre présence à une soirée vin et fromage « Vive la France ! », on s’est retrouvées sur la route. On est allées faire des courses pour remplir le frigo familial (à minuit, là-bas, c’est possible). Et puis, parce qu’on était là, dans cette voiture de loc’, à écouter de la musique les fenêtres ouvertes pour laisser échapper la fumée de cigarette, on a continué à rouler, jusqu’au haut de twin-peaks, voir la ville et ses lumières de haut. C’était beau. C’était magique, cette atmosphère de temps suspendu.

Carole, personne ne pourra te retirer certains qualificatifs : généreuse, souriante, énergique, accueillante, attentionnée… Un parmi tous ceux là, est particulièrement important pour moi : ta bienveillance. Tu étais bienveillante, avec tous, tout le temps. Tu étais à l’écoute, toujours, tu disais oui si tu pouvais, tu disais non sinon, tu t’es toujours mise en quatre pour les autres, … tu sais quoi ? Je crois que tu as oublié de faire attention à toi en prêtant autant attention aux autres.
Carole, j’ai un reproche à te faire. Je sais, ça ne se fait pas de faire des reproches à ceux qui nous ont quitté, mais quand même, j’ai un reproche à te faire : Carole, tu es partie trop tôt. Je suis perdue sans toi. Même si j’ai passé mon permis de conduire depuis, même si je vais en soirée sans toi, même si tout ce que tu as semé comme valeurs réconfortantes me sert chaque jour… je préférais quand tu étais là, pas loin, à échanger parfois sans parole…
Comme ce jour d’été, où à Lyon déjà, nous nous promenions, du côté des Brotteaux, du Parc de la Tête d’Or, avec un groupe, François, Eric, et d’autres. Sur le trottoir, une énorme flaque d’eau qu’un orage virulent avait déposée sur le bitume. Nous avons croisé nos regards, un sourire plus tard nous courions ensemble pour sauter à pieds joints dans l’eau, riant des éclaboussures et des cris des passants. Je t’ai rappelé récemment cette histoire, tu ne t’en souvenais pas. Je n’oublierai pas, celle-ci et toutes les autres que je ne peux pas dire, mais qui m’ont construites aussi.

Carole, tu as pris la route toute seule cette fois, tu as emporté avec toi une partie de moi.
Quand je te rejoindrai, laisse moi monter à bord s’il te plait, encore une fois, pour un moment d’éternité.
Musique : There she goes The La’s
Catherine SchatzCatherine Schatz from Lyon wrote on 11 December 2016 at 5:48 pm:
J'ai rencontré Carole à une soirée Business Woman il y a près de deux ans, et notre goût commun pour San Francisco m'a amené à garder contact et ainsi la retrouver chez BIL. Nous nous y sommes retrouvées à plusieurs reprises, et ma nouvelle vie professionnelle m'a donné l'occasion de la revoir aussi (école d'informatique). Elle a aussi participé à notre groupe récemment nommé L Digital, et c'est d'ailleurs là que je l'ai vue la dernière fois en juin. J'ignorais alors qu'elle était souffrante. Lorsque je l'ai su à la rentrée, j'ai essayé de prendre de ses nouvelles à toute occasion. Mes pensées sont tournées vers elle chaque jour depuis que j'ai appris qu'elle nous avait quitté. Cela me semble surréaliste. Son énergie et sa joie de vivre vont tellement nous manquer. Big hug à toute la famille.
Julie-CapucineJulie-Capucine from Lyon wrote on 10 December 2016 at 2:15 pm:
Pour nos échanges sur les US, le réseau, Thanksgiving, nos vies,
sur tout et rien...
Pour tes ras-le-bol, tes coups de gueule, tes rentre-dedans, tes « lâche-rien », tes encouragements...
Pour ta force, tes convictions, ton plein d’amour…
Pour la vie…
Merci Julie-Capucine
Lili ZimLili Zim from Paris wrote on 10 December 2016 at 9:25 am:
Carole,
Tu manqueras à chacun de nous pour des raisons différentes mais tu manqueras.
Tout le monde parle de ton énergie, de ta chaleur, de tes élans de cœur,
Tu étais cela en effet, tellement vivante que la mort a dû faire erreur, se planter de porte.

Je veux me souvenir de ton sourire avec tellement de dents que je me demande si tu n'en avais pas une ou deux paires de plus que tout le monde.

Je me souviens d'une soirée après un repas entre copines de l'EPF. On avait décidé d'aller danser à Paris à la Loco je crois, à deux voitures. Cinq nanas dans chaque voiture, un peu éméchées il faut avouer, en train de brailler, de rire. Je ne sais plus comment s'est arrivé mais on avait réussi à avoir un accident entre les deux voitures alors qu'il n'avait personne d'autre que nous sur la route (une époque lointaine, au siècle dernier, où à certains moments de la nuit, les rues de Paris pouvaient être désertes). On a eu un peu peur mais ensuite une fois qu'on a vu qu'il n'y avait que de la taule pliée, on a beaucoup ri.
Je me souviens d'une soirée à l'X où tu m'avais emmenée. Je trainais des savates. Une soirée mousse. La seule de ma vie. Je me souviens de toi avec ton jean tout mouillé et de ton rire. Rien que pour ça, la soirée était chouette.
Je me souviens de notre rencontre par hasard à Lyon sur un pont en janvier dernier. J'étais venue pour faire des photos dans l'espoir d'avancer sur un roman que je ne parviens pas à finir. Il faisait froid, mais tu avais cette voix si particulière que l'atmosphère avait pris 20 degrés d'un seul coup. Sans que je te le dise, tu savais pourquoi j'étais là parce que ... je t'en avais parlé un an avant. C'est pas juste une bonne mémoire que tu avais, c'est du cœur, de la générosité.

Alors promis juré, on va essayer de ne pas flancher, de garder ce sourire, cette joie de vivre, nos espoirs intacts pour rendre ce monde meilleur, plus juste et plus humain.

Mais Carole, tu nous manqueras.
Iwan StreichenbergerIwan Streichenberger from Atlanta wrote on 9 December 2016 at 8:43 pm:
Carole, ta joie, ta bonne humeur et ton intelligence vont nous manquer a tous.
Tu nous laisses tant de merveilleux souvenirs, tant professionnels que personnels en particulier nos régates dans la Bay et nos « CEO diners ». Merci d’avoir partage ces merveilleux moments avec tes nombreux amis dont j’ai eu l’immense chance de faire partie.
Je suis tres heureux d’avoir pu te filer un coup de main a la Chambre a SF, avec d’autres, pour monter le Business Booster. Ton travail incroyable double de ton enthousiasme ont fait l’envie de toutes les FACC… 🙂 Ton amitie indefectible marquent une vie et tu vas tellement nous manquer. Je pense et penserai souvent a toi. Et en ce moment, comme tous tes « fans », j’ai une pensee émue pour Francois et toute ta famille.
Te connaissant, tu dois te marrer de la-haut en lisant tous ces messages d’amitié de ceux qui ont croise ton chemin et toute l’effervescence que cette immensément triste nouvelle a cree.
Ton amour de la vie est une leçon pour nous tous et je suis sur que chacun a sa facon, fera une « fete de vie » pour te rendre hommage et comme tu l’as voulu.
Alors comme tes « équipiers » d’Acabar l’auraient dit, Bon Vent!
Cédric GrignardCédric Grignard from Croix-Rousse + Outer Sunset (SF) wrote on 9 December 2016 at 8:02 pm:
Bien plus que mes pensées, ce sont mes bons souvenirs que je tiens à adresser à toi Carole, et à tous tes proches. Bons souvenirs à SF, bons souvenirs quand on en parlait sur Lyon, bons souvenirs autour d'un fourmillement d'idées. Restons mobilisés pour que tes idées et ton combat ne soient pas vains - avec d'autant plus de forces que j'ai connu de près (indirectement) certains de tes combats les plus féroces. Je t'embrasse tendrement là où tu es, et partage par ce mot mes meilleurs souvenirs avec tous ceux qui te sont très proches. Cédric, Croix-Roussien San Franciscain
Christophe TUSSEAUChristophe TUSSEAU from Paris wrote on 9 December 2016 at 2:18 pm:
J'ai adoré te côtoyer. J'ai appris énormément à tes côtés.
Il y a des gens qui vous marquent et vous impressionnent dans la vie. Ils ne sont pas nombreux. Carole en fait partie.
Merci pour tout.
Jean-Marc Le BretonJean-Marc Le Breton from Barcelona wrote on 9 December 2016 at 2:05 pm:
Carole,

Lorsque nous nous sommes rencontrés il y a 20 ans à Entrepreneurs avec ta joie, ton énergie, tes projets multiples, je n'ai jamais imaginé que tu partirais si tôt.
Ca a toujours été un grand plaisir quand nous avons pu nous revoir, même si la vie a fait que l'occasion a été rare. J'aurais tellement aimé avoir pu le faire plus souvent.

Je ne pourrai pas être là samedi mais tu seras toujours présente dans mon coeur.

Je t'embrasse ainsi que François et les enfants.
CedricCedric from Los Angeles wrote on 9 December 2016 at 7:31 am:
Carole,
C est avec beaucoup de bonheur et d honneur que je t ai rencontre toi, ton mari et ta famille a San Francisco en 2002-2003. Merci encore a JY.
Ecoutes, tu es deja parti maintenant, mais tu es toujours presente au fond du coeur. Ta gentillesse, ton savoir vivre et ta famille sont exceptionnels.
Wisdom, strength and beauty to you.
Tu seras toujours presente.
Bien a vous.
CL
Audrey Benoit/de cenivalAudrey Benoit/de cenival from Aix en provence wrote on 9 December 2016 at 7:17 am:
Écrire ce post me replonge plus de 20 ans en arrière quand nous étions en amphi avec Carole... Dans notre groupe, carole a toujours été la plus "entrepreneur", elle avait des giga processeurs dans la tête avec une capacité à mener des dizaines de projets en parallèle ! Et sur tous les régistres: course croisière de l'edhec, soirées, junior entreprise, bde et tant d autres. Nous avons fait la fête il y a juste un an ensemble et c était comme si nous ne nous étions pas quittées, car tout était si simple en amitié avec carole.
Carole rejoint son amie d enfance Annick, et j'imagine qu elles ont un milliard de choses à se raconter !
Francois, Camille, Clémence, je suis certaine que Carole vous a transmis sa force, son amour et sa dynamique et c est le plus beau cadeau que vous puissiez recevoir dans la vie. je serai avec vous samedi pour témoigner de tous ces moments de vie que nous partageons, parfois gais, parfois tellement tristes, mais toujours avec bienveillance. Je vous embrasse ainsi que toute la famille de Carole.
Christine FChristine F from Toulouse wrote on 8 December 2016 at 9:35 pm:
Carole,
Comment j'ai pu laisser filer ces années sans te voir juste en pensant souvent à toi Tant de bons et merveilleux moments: Sceaux, Palaiseau, Paris, Le Mesnil, San Francisco, Grigny, Toulouse, Lacanau..
Mais comment est-ce possible, Je ne peux pas y croire ! Ta joie, ta générosité, ton enthousiasme. Quelle chance de t'avoir rencontré !
Je t'embrasse de tout mon cœur où que tu sois. François, Clémence, Camille je pense très fort à vous.
John GabaixJohn Gabaix from Palo Alto wrote on 8 December 2016 at 8:24 pm:
Bonjour,

J’ai connu Carole Granade lorsque je me suis installé à San Francisco en 2008. Elle participait à un panel pour expliquer comment s’installer en Californie. Sa verve et ses idées bien cadrées m’ont incité à la contacter immédiatement. Elle répondit le même jour et me proposa de la rencontrer la semaine suivante. Tout alla beaucoup plus vite : elle me donna de précieux conseils, m’indiqua les meilleurs pistes administratives. Plus tard je participais à son ‘startup booster’. J’ai toujours apprécié sa franchise et ses mots droits.

Carole, il y a quelques mois je voulais te recontacter pour parler de ton expérience française. Voir si je pouvais, comme toi, revenir en France. Tu es parti trop tôt.

Au revoir Carole.
J
marjoriemarjorie from san francisco wrote on 8 December 2016 at 7:56 pm:
Carole est partie bien trop vite. A peine le temps de se dire au revoir en aout dernier sur Acabar, la ou nous nous sommes rencontrees il y a 20+ ans. Son rire resonne encore dans nos tetes, son franc parler, sa serenite, son sourire et sa force malgre tout. Carole aimait la vie, celebrons la. Nous vous embrassons fort fort, Francois, Clemence et Camille, a bientot.
Cécile VCécile V wrote on 8 December 2016 at 7:39 pm:
Je connais Carole depuis au moins 25 ans, peut-être plus…

J’ai le souvenir d’un apéritif sous les étoiles à Paris sur la Place St Sulpice : deux tréteaux, une planche, des bouteilles et plein de monde… A l’époque il n’y avait pas de réseaux sociaux et malgré tout, Carole avait réussi à réunir des tas de personnes ce soir-là.
Carole avait ce pouvoir de fédérer tout le monde autour d’elle.

Carole m’a offert mon 1er disque de Mathieu Boogaerts que j’écoute encore.

Carole c’était la générosité, l’optimisme, l’intelligence, le partage, l’enthousiasme.
Nous sommes nombreux à avoir eu la chance de croiser son chemin. C’était une belle personne qui va manquer à beaucoup d’entre nous.

François, Clémence et Camille vous pouvez compter sur nous.

Avec toute notre amitié.
Damien, Prudence, Léandre et Salomée se joignent à moi
frédéric cordelfrédéric cordel from lyon wrote on 8 December 2016 at 1:56 pm:
Je n'ai rencontré Carole que très récemment mais j'ai été très marqué par son énergie, ses idées, sa bienveillance et son franc parler ! Cela ne faisait pas 5 minutes qu'on se connaissait qu'elle me disait que mon site web faisait très "années 90" et que c'était quand même un peu pourri....on vient de perdre une grande dame. J'ai une grosse pensée pour toute sa famille et ses proches.
Liz VillegasLiz Villegas from San Francisco wrote on 7 December 2016 at 5:29 pm:
Je ne peux même pas comprendre cette tragédie - tu vas nous manquer, Carole. MERCI BEAUCOUP d'avoir partagé ta joie de vivre avec tous et toutes qui tu as rencontré; tu as touché la vie de BEAUCOUP de gens partout dans le monde, surtout la mienne ! On ne pourrions pas imaginer toute ta générosité et ton désir d'aider le monde autour de toi. Nous pensons très fort à toi, à Francois, aux enfants, et à ta famille. All our love from your beloved Bay Area, to the hills of Lyon, whose Christmas lights are not shining as brightly, especially tomorrow night, for la Fête des Lumières/Festival of Lights, having lost one of its most beloved stars. Rest In Peace, my dear friend - you meant so very much to so many people; THANK YOU SO MUCH for all you've done to help everyone you ever met - you are now our angel watching over us. 😢❤️
Liz VillegasLiz Villegas from San Francisco wrote on 7 December 2016 at 5:25 pm:
This all happened WAY TOO FAST. I never got to say au revoir. I never got to tell her how much she had done not just for me, as a friend; for my family, as francophiles traveling in her country; but as a leader and an incredible figure in the SF Bay Area French Community. Tu nous manqueras, chère Carole - nous pensons très fort à François, à Clémence, à Camille, et à ta famille. Le monde est TROP TRISTE aujourd'hui, surtout Lyon, avec la Fête des Lumières ce soir, qui manque de leur étoile la plus brillante. Repose en paix, ma chère amie 😢💕